Nouvelles de Flandre
L'APFF participe à la rédaction de "L'Année francophone internationale"

La francophonie est une grande famille. C'est à ce titre que notre association, l'APFF, entretient d'excellentes relations avec bon nombre d'associations francophones en Belgique, mais aussi à l'étranger. Parmi elles, "L'année francophone internationale" (AFI), qui publie chaque année la revue du même nom, bien connue des enseignants et des chercheurs.

Suite au décès de son emblématique fondateur, le professeur Michel Tétu, de l'Université de Laval à Québec et à la réaffectation du directeur du bureau de Paris, détaché par le ministère français de l'Educa-tion nationale, sans qu'il ne soit remplacé, la dix-septième édition de la revue avait failli ne pas paraître. Mais c'était sans compter sur le dynamisme d'une centaine de rédacteurs bénévoles et du nouveau président de l'AFI, Loïc Hervouet, qui se sont mobilisés pour perpétrer l'œuvre entreprise il y a près de vingt ans.

L'APFF s'est vue confier la rédaction de la nouvelle section réservée à la Flandre. Nous vous livrons ici quelques extraits de notre contribution. Le premier concerne nos fameux problèmes linguistiques: "La Belgique connaît depuis toujours des crises communautaires, comme on peut avoir des crises d'asthme ou d'épilepsie. On peut toujours craindre qu'une crise trop forte ait une issue fatale. La cause de la crise ? Un déséquilibre entre deux de nos langues nationales, dont l'une - le français - a une extension géographique mondiale et l'autre - le néerlandais - qui n'est guère parlée au-delà des frontières du Benelux. Le malheur veut que le français était jadis la langue de la bourgeoisie possédante et que le flamand était parlé par le petit peuple. Lequel s'est senti humilié et traîne encore aujourd'hui, derrière lui, après la nième génération, comme un boulet, son traumatisme socio-culturel."

Le deuxième extrait traite plus spécifiquement des difficultés rencontées par les 300 000 francophones qui vivent en Flandre. "Ces Francophones connaissent deux sortes de problèmes. Dans la périphérie de Bruxelles des difficultés d'ordre administratif du fait que les Flamands remettent continuellement en cause le principe des 'facilités' négocié en 1963. Et, dans toute la Flandre, les Francophones se heurtent à un problème culturel grave. Bien qu'ils aient été reconnus en tant que minorité nationale par le Conseil de l'Europe, les Francophones habitant la Flandre restent, dans les faits, complètement ignorés."

Et de conclure: "Nous estimons qu'une bonne entente entre nos communautés serait nettement favorisée si la Flandre ratifiait la Convention-cadre sur la protection des minorités nationales et si elle signait un accord culturel entre Flamands et Francophones."

 

Edgar FONCK


Copyright © 1998-2009 A.P.F.F.-V.B.F.V. asbl
Secrétariat: Spreeuwenlaan 12, B-8420 De Haan, Belgique
Téléphone: +32 (0)59/23.77.01, Télécopieur: +32 (0)59/23.77.02
Banque: 210-0433429-85, Courriel: apff@dmnet.be
Site: http://www.dmnet.be/ndf