Nouvelles de Flandre
Le Maroc et la langue française

Placé sous protectorat français pendant plus de quarante ans, le Maroc offre aujourd'hui encore, une place privilégiée à la langue française, notamment au niveau de l'administration et de l'enseignement.

Le Royaume du Maroc est situé au nord-ouest de l'Afrique et appartient au Maghreb. Il est bordé par l'océan Atlantique à l'ouest, le détroit de Gibraltar et la mer Méditerranée au nord, l'Algérie à l'est et la Mauritanie au sud.

Le régime politique du Maroc est une monarchie constitutionnelle dont le souverain actuel est Mohammed VI. Le pays est membre d'un bon nombre d'organisations dont l'Union du Maghreb arabe, l'Organisation internationale de la Franco-phonie, la Ligue arabe et l'Organisation de la Conférence islamique. Le Maroc est le seul pays d'Afrique qui n'est pas actuellement membre de l'Union Africaine.

Un passé important

L'histoire du Maroc est fortement liée à l'établissement, le long de ses côtes, de divers peuples : Phéniciens, Romains, Byzantins et Arabes. Au VIII éme siècle, le Maghreb échappe à l'autorité de Bagdad et se fractionne en royaumes indépendants. L'un de ceux-ci, à l'origine du futur Maroc, est fondé en 789, à Fès par Idriss Ier.

Pendant plus de 10 siècles, diverses dynasties successives gouvernent la région. Au XIXème siècle, cette dernière, cependant, n'échappe pas aux pressions coloniales. La France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et l'Espagne convoitent le territoire. A l'issue de ces confrontations, un accord laisse le Maroc à la France comme zone d'influence, la Grande Bretagne se concentrant sur l'Égypte tandis que le nord du Maroc est concédé à l'Espagne. En 1912, les Français mettent en place un protectorat sous la forme d'une administration directe.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la poussée nationaliste se fait de plus en plus pressante et débouche, le 2 mars 1956, sur l'indépendance du pays. Toutefois, au nord du pays, les enclaves de Ceuta et Melilla restent des villes autonomes espagnoles. Le sultan, jouissant d'une immense popularité, est alors proclamé Roi du Maroc, sous le nom de Mohammed V.

Une société en mutation

Depuis l'indépendance du Royaume, la société marocaine s'est peu à peu transformée. A la mort de Mohammed V, c'est son fils aîné Hassan II qui accède au trône (1961-1999). Il est souvent violemment critiqué au plan national et international pour son conservatisme et pour violations des droits de l'homme.

Après ce règne de près de 40 ans, l'accession de son fils Mohammed VI est fortement appréciée par la population qui le considère comme un souverain moderne car il pratique une politique d'ouverture (plus particulièrement envers les revendications culturelles et linguistiques des Berbères) et s'attache à lutter contre la pauvreté et l'analphabétisme qui touchent près de 50 % de la population. Le Maroc est malgré tout, le siège d'un islamisme radical comme le démontrent les attentats sanglants de Casablanca en 2003. Néanmoins, la société marocaine se modernise de plus en plus, par exemple, en réformant le Code des libertés publiques (notamment de la presse) ou en adoptant un nouveau Code de la famille qui améliore, sans conteste, le statut de la femme.

La place des langues

La vie économique au Maroc est véhiculée en trois langues: l'arabe dialectal (oral), l'arabe classique (écrit) et le français (oral et écrit). L'arabe est la seule langue officielle et la langue maternelle de près des deux tiers de la population. C'est aussi la langue de la religion dominante, l'islam.

Selon les chiffres fournis par l'OIF, le Maroc compte 13 % de francophones et environ 20 % de francophones partiels. Le français est parlé surtout dans les villes et dans les milieux instruits. Il reste donc assez répandu, notamment dans les secteurs de l'administration et de l'éducation bien qu'au lendemain de l'indépendance, les dirigeants marocains aient voulu mettre en place une politique d'arabisation. Mais cela n'a pas été très suivi dans les faits. Par exemple au niveau des médias, de la signalisation routière, des noms de rues, de l'affichage, de l'étiquetage, etc, l'arabisation est assez timide et l'usage le plus courant est d'utiliser le bilinguisme français-arabe.

L'enseignement

Dans le domaine particulier de l'éducation, le gouvernement marocain pratique maintenant une politique ouverte à l'égard du français. Selon l'OIF, près de 5 000 000 d'élèves marocains apprennent le français et environ 280.000 enfants sont scolarisés dans des écoles bilingues.

L'enseignement se fait en arabe classique, mais, dès la troisième année primaire, les petits Marocains apprennent le français en tant que langue seconde et non comme langue étrangère car les enfants sont depuis toujours en contact avec la langue de Molière. Au niveau universitaire, les sciences humaines, à l'exception du droit, sont généralement dispensées en arabe classique, les sciences (dont les sciences médicales) et les techniques, en français.

Il existe également bon nombre d'écoles privées situées dans les principales villes du pays, où l'on enseigne uniquement en français. Il s'agit là, sans conteste, du réseau d'établissements français, le plus dense au monde. A la rentrée de septembre 2007, ces institutions scolaires comptaient, tous niveaux d'enseignement confondus, quelque 26 400 élèves dont plus de 60 % d'enfants marocains issus des milieux les plus favorisés.

Les médias

Bien que les journaux en langue arabe soient relativement nombreux, il n'en demeure pas moins que les médias marocains sont très influencés par le français, surtout dans la presse écrite. Les radios et les télévisions nationales et locales diffusent en arabe et partiellement en français. Les bulletins d'information sont en alternance en arabe et en français.

Notons que la Communauté française de Belgique organise de nombreuses activités culturelles en français dans le pays, par le biais de sa Délégation située à Rabat. La France, quant à elle, n'est pas en reste puisqu'elle possède aussi un réseau culturel très développé.

La culture et la langue françaises continuent donc à jouer un rôle primordial au Maroc. Et ce n'est sans doute pas les touristes francophones, de plus en plus nombreux, qui inverseront cette tendance.

 

MAROC
QUELQUES POINTS DE REPèRE

Nom officiel: Royaume du Maroc

Superficie: 446 550 km2 (Belgique: 32 745 km2)

Population: 33 757 175 habitants

Capitale: Rabat (1,7 million d'habitants)

Langue officielle: Arabe

Religions: islam (99,7 %)

Monnaie: Dirham marocain (MAD)
(1 euro = +/- 11 MAD)

Secteurs d'activités dans le PIB:
agriculture: 15 %, industrie et mines: 30 %, services: 38 %, administration: 17 %

Indice de développement humain: 123ème rang mondial

Adhésion à la Francophonie: 1981

Anne-Françoise COUNET


Copyright © 1998-2007 A.P.F.F.-V.B.F.V. asbl
Secrétariat: Spreeuwenlaan 12, B-8420 De Haan, Belgique
Téléphone: +32 (0)59/23.77.01, Télécopieur: +32 (0)59/23.77.02
Banque: 210-0433429-85, Courriel: apff@dmnet.be
Site: http://www.dmnet.be/ndf